Skip to content

A Freak Show

L’institutionnalisation des freak shows est permise par une complicité des membres de plusieurs branches influentes de la société impliqués dans la fabrique des monstres. Les médecins catégorisent les différences humaines, les hommes politiques invitent les freaks dans des événements officiels, et les journalistes écrivent des articles à leur sujet, tandis que des membres du clergé sont invités à se porter garants de l’authenticité et de l’intérêt des freaks. Bogdan qualifie les banquistes d’ «inventeurs de la publicité moderne». Les shows se déroulent dans l’American Museum de Barnum, dans des musées à dix cents, dans les sideshow des cirques, dans des parcs d’attractions, des fêtes foraines, ou encore au cinéma. C’est dire la diversité des institutions qui organisent la fabrique des monstres, s’en partagent le commerce, s’allient, se concurrencent, et se succèdent selon les époques.

YouTube video

Un fils de riche, à la recherche d’amis dans une foire aux monstres. Avant cela, bon nombre d’entre eux menaient donc une véritable carrière à travers l’Europe (jusqu’à la fin du XIXème siècle) et aux États-Unis. Ils attiraient un public curieux qui voulait se donner des frissons en découvrant des hommes et des femmes qui sortaient de l’ordinaire sur le plan physique.

Sign Up For The Weekly Historyextra Newsletter

Du milieu du XIXème siècle au milieu du XXème siècle, les « Freak Show » étaient très populaires aux États-Unis. Il aura fallu l’évolution progressive de la science et de la médecine pour que ces « bêtes de foire » soient étudiées comme des êtres humains porteurs d’une maladie génétique rare. Freakshow est un film américain réalisé par William Cooke et Paul Talbot en 1995. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. LingueeRecherchez des traductions de mots et de phrases dans des dictionnaires bilingues, fiables et exhaustifs et parcourez des milliards de traductions en ligne.

  • Si nombreux sont ceux qui ont réprouvé le freak show, Bogdan montre que c’est au prisme d’une vision de la différence dans laquelle le champ médical fait autorité.
  • Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
  • C’est ici de manière beaucoup plus progressive que nous nous éloignons de conceptions centrées sur l’individu à guérir.

Si nombreux sont ceux qui ont réprouvé le freak show, Bogdan montre que c’est au prisme d’une vision de la différence dans laquelle le champ médical fait autorité. Paru aux États unis dans un contexte d’institutionalisation des Disability Studies — études pluridisciplinaires autour de la question du handicap qui allient recherche et militantisme politique — cet ouvrage s’élève contre la réduction des personnes à leur définition médicale. Les débuts de l’institutionnalisation du freak show sont également marqués par une grande connivence avec le milieu scientifique, et notamment médical. Les banquistes et les freaks exploitent rapports médicaux et autres commentaires scientifiques pour générer de la publicité gratuite, l’avis de médecins et psychologues étant cité comme preuve d’autorité. Dans un mécanisme de légitimation réciproque, les scientifiques se rendent au freak show pour élargir leur connaissance de la différence humaine (les revues médicales utilisent le terme «monster»).

Fait significatif, c’est à l’occasion de l’Exposition universelle de 1876 à Philadelphie que le Docteur Isaac Kerlin, spécialisé dans l’éducation des enfants attardés, a organisé un congrès qui a fondé «L’association américaine sur la déficience mentale». Dans l’histoire du spectacle, les « freak show », très populaires à une époque, ont présenté un bon nombre d’êtres humains à la morphologie difforme. Dans un contexte d’institutionalisation des Disability Studies – études pluridisciplinaires autour de la question du handicap qui allient recherche et militantisme politique – Robert Bogdan s’élève contre la réduction des personnes à leur définition médicale. La traduction de l’ouvrage en français pourrait contribuer au dépassement de cette position encore dominante en France. Ajoutez freak show à une de vos listes ci-dessous, ou créez une nouvelle liste. Cette quatrième saison prend place en 1952, dans la ville de Jupiter en Floride et se concentre autour de l’une des rares expositions d’êtres humains subsistant à l’époque et du dévouement de ses membres qui font tout pour maintenir leur « entreprise » en vie.

En France, si des mouvements de revendication allant à l’encontre de visions médicales et charitables du handicap ont eu lieu dans les années 1980, ceux-ci n’ont jamais abouti à des mouvements tels que les Disability Studies. C’est ici de manière beaucoup plus progressive que nous nous éloignons de conceptions centrées sur l’individu à guérir. La traduction de cet ouvrage — par la mise en avant des limites du point de vue médico-centré — pourrait contribuer, vingt-cinq ans plus tard, à dépasser la position médicale encore dominante et faire avancer la réflexion vers une prise en compte des personnes dans leur globalité.

Sign Up For Us At No Cost! A History Book And Even Exclusive Podcasts Watch For

Ces personnes ont d’ailleurs inspiré des personnages de la série American Horror Story. TraducteurTraduisez des textes avec la meilleure technologie de traduction automatique au monde, développée par les créateurs de Linguee. Son nouveau directeur, Aleister Blache, le metteur en scène de cette étrange exhibition de monstres, cache une créature expliquant ce phénomène. Cet exemple provient de Wikipedia et peut être réutilisé sous la licence CC BY-SA.

Taliban Executing People If They Find A Bible On Their Phones

Pour aller à l’encontre d’une représentation partiale qui voudrait que tous les freak aient été exploités, et dégradés dans les freak shows, Bogdan s’attache à dévoiler la vie d’humains avant tout. Le freak show, s’il exploitait la différence, n’exploitait pas toujours les individus auxquels il offrait une place, à condition qu’ils acceptent d’endosser le rôle du freak. Les conditions de vie foraines étaient souvent meilleures que celles ensuite proposées par les médecins à ces individus.